Accueil du site   Chronological Indexes   Les crimes de masse sous Staline (1930-1953)

Chronological Index:

Les crimes de masse sous Staline (1930-1953)

Last modified: 21 décembre 2009
Nicolas Werth

décembre 2009

Citer cet article

Nicolas Werth, Les crimes de masse sous Staline (1930-1953), Encyclopédie en ligne des violences de masse, [en ligne], publié le 28 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2014, URL : http://www.massviolence.org/Les-crimes-de-masse-sous-Staline-1930-1953, ISSN 1961-9898

 Les déportations ethniques totales de « peuples punis » durant la « Grande guerre patriotique »

Au cours de la « Grande guerre patriotique », plus de deux millions de citoyens soviétiques appartenant à des minorités ethniques accusées soit de constituer un vivier d’agents potentiels de l’envahisseur nazi (citoyens soviétiques d’origine allemande), soit d’avoir « collaboré avec l’occupant »(Tchétchènes, Ingouches, Kalmouks, Balkars, Karatchaïs, Tatars de Crimée), sont déportés et assignés à résidence avec le statut de « déplacés spéciaux » dans un certain nombre de régions inhospitalières du pays. Par rapport aux précédentes déportations, les déportations totales des années 1941-1944 présentent un certain nombre de caractères spécifiques, le plus remarquable étant qu’elles visent à « l’excision ethno-historique » (Francine Hirsch) de nationalités entières, déclarées collectivement « ennemies du régime soviétique ». La totalité des membres de l’ethnie punie est soumise à diverses discriminations, qui vont de la déportation au travail forcé ; toutes les structures administratives de la région ou de la république autonome sont abolies ; bref, la nationalité « punie », exclue de la « grande famille des nationalités socialistes soviétiques » cesse tout simplement d’exister. Un décret du Praesidium du Soviet suprême de février 1948 précise que les « peuples punis » sont déportés « à perpétuité ».

Fin août 1941-mars 1942 : Déportation des citoyens soviétiques d’origine allemande.

28 août 1941 : Décret du Praesidium du Soviet suprême sur la déportation collective « préventive » des Allemands de la Volga (RA des Allemands de la Volga, régions de Stalingrad et de Saratov).

Ce décret est suivi de quatorze autres décrets s’échelonnant entre le 30 août 1941 et le 20 mars 1942, portant sur la déportation des citoyens soviétiques d’origine allemande des régions de Moscou, Leningrad, Toula, Gorki, Rostov, Zaporojie, Krasnodar, Ordjonikidze, Voronej, Vorochilovgrad, Odessa, de Crimée, des RSS de Géorgie et d’Arménie.

Au 25 décembre 1941, 894 600 personnes ont déjà été déportées. Fin mars 1942, le bilan dressé par le Département des peuplements spéciaux du Goulag fait état de 1 209 430 déportés, soit 82% de la population soviétique d’origine allemande recensée en 1939. Les principaux lieux de déportation sont le Kazakhstan, la Sibérie et le Grand Nord (Vorkouta). Pour assurer un « nettoyage » aussi complet que possible, le NKVD arrête plusieurs dizaines de milliers de soldats et d’officiers d’origine allemande servant dans l’armée soviétique. Environ 30% des déportés, les plus aptes au travail (les hommes de 17 à 50 ans, mais aussi, à partir d’octobre 1942, les femmes de 16 à 45 ans) sont versés dans des bataillons de « l’Armée du travail », où les conditions de vie et de travail s’apparentent à celles des camps du Goulag. Les principaux sites de production où est exploitée cette main d’oeuvre forcée sont les mines de Vorkouta, de Karaganda et du Kouzbass. (Sources :P.Polian, op.cit, p. 102-115 ; I.L. Scherbakova, dir, Nakazannyi narod, Moskva, Zvenia, 1999, p.118-127 ).

Octobre 1943 : Déportation des Karatchaïs.

12 octobre 1943 : Décret du Praesidium du Soviet Suprême sur la déportation collective des Karatchaïs pour « collaboration avec l’occupant nazi » et sur la « liquidation de la Région autonome des Karatchaïs.

Entre le 20 et le 27 octobre : 68 327 personnes sont déportées par convoi ferroviaire vers le Kazakhstan et la Kirghizie. (Source : P.Polian, op.cit, p. 118-119).

Décembre 1943 : Déportation des Kalmouks.

27 décembre 1943 : Décret du Praesidium du Soviet Suprême sur la déportation collective des Kalmouks pour « collaboration avec l’occupant nazi » et sur la « liquidation de la République autonome socialiste de Kalmoukie ».

Entre le 28 et le 31 décembre : 93 139 personnes (26 359 familles) sont déportées par 46 convois ferroviaires vers l’Altaï, les régions de Krasnoiarsk, Omsk et Novossibirsk (Sibérie).

(Sources : P.Polian, op.cit, p. 120-121 ; N.Werth, S.Mironenko, Massovye repressii v SSSR, Istoria Stalinskogo Gulaga, Moscou, Rosspen, 2004, tome I, p. 477-481).

Online Encyclopedia of Mass Violence® - ISSN 1961-9898